Qu’y a-t-il exactement derrière le prix d’un chiot LOF ?

Éleveurs

L’achat d’un chiot LOF, dont le prix varie entre 700€ et 2000€ selon la race, représente évidemment une dépense considérable pour la plupart des propriétaires. C’est même parfois l’objet d’idées reçues, les éleveurs étant souvent accusés de faire une très grande marge sur le prix de vente de leurs chiots.

Pourtant, faire naître des chiots LOF en bonne santé représente un « coût de production » conséquent que nous vous détaillons :

  • Pour avoir des chiots, il faut des parents ! Ceux-ci ne peuvent reproduire qu’à partir de l’âge de 2 ans, période durant laquelle l’éleveur devra les nourrir, les soigner et les entretenir sans pouvoir amortir ces frais. A l’âge adulte, le reproducteur peut parfois se révéler stérile ou non conforme au standard de la race (c’est-à-dire qu’il présente des caractéristiques morphologiques non souhaitées). L’éleveur ne pourra alors pas le faire reproduire. Il faudra tout recommencer depuis le début avec un autre reproducteur !
     
  • L’éleveur peut choisir d’acquérir une chienne adulte prête à reproduire auprès d’un autre élevage LOF, cela lui coûtera en général plus de 2000€. Si l’éleveur souhaite faire appel à un mâle extérieur de l’élevage (notamment pour apporter un brassage génétique bénéfique), il lui faudra payer la saillie (plusieurs centaines d’euros) sans compter les frais de déplacement, tout cela sans garantie d’une gestation par la suite, car c’est la Nature qui décide !
     
  • Pour inscrire ses chiots au LOF, les deux parents doivent être obligatoirement confirmés : cela veut dire que vous devez faire examiner votre chien par un juge spécialisé lors d’une exposition canine. L’éleveur doit ensuite réaliser l’identification ADN et les dépistages des maladies héréditaires pour chaque reproducteur (en savoir plus), ce qui représente plusieurs dizaines voire centaines d’euros par chien. Si un résultat est mauvais, le chien sera écarté de la reproduction, on l’on repart de zéro.
     
  • Pour valoriser ses chiens, l’éleveur doit participer chaque année à quelques expositions canines. Elles ont lieu partout en France, et impliquent des déplacements avec des frais de carburant et d’hôtel (et d’usure du véhicule !). De plus, l’inscription au concours coûte environ 50€ par chien (à multiplier par le nombre de chiens présentés)… sans garantie d’obtenir un prix si la concurrence est rude !
     
  • La gestation de la chienne est une source de frais importants. Au départ, il ne faut pas manquer ses chaleurs pour la faire saillir au bon moment, le vétérinaire doit pour cela analyser régulièrement son taux hormonal. Ajoutons à cela les frais de suivi : échographies, radio), une alimentation spécifique enrichie, l'achat ou l’entretien du matériel nécessaire à la mise bas, une lampe pour chauffer le nid, etc.
     
  • A la naissance, il faut être présent de jour comme de nuit pendant des heures aux côtés de la chienne. S’il y a des complications, il peut y avoir des frais vétérinaires importants (ex : césarienne). Si l’allaitement des chiots est difficile, il faut les biberonner avec du lait maternisé. Au moment du sevrage, il faut fournir aux chiots une alimentation riche et de qualité. Sans compter ensuite l’identification (la pose d’une puce), vaccination et vermifugation : environ 100€ par chiot. Il faut également assurer l’intendance avec tout le matériel nécessaire à l’évacuation des déjections (litières, sacs etc), le renouvellement et le lavage des couchages/alèses et jouets d’éveil, etc…
     
  • Ajoutons à tout cela les frais d’entretien : électricité (lampes chauffantes, machine à laver), l’eau et les produits d’entretien pour nettoyer la nurserie plusieurs fois par jour, les différents produits vétérinaires et compléments alimentaires (sérum physiologique, etc)…
     
  • Il y a également des frais administratifs : pour garantir l’origine des chiots et les inscrire au LOF, l’éleveur doit déclarer la saillie (7 à 12€), puis pré-inscrire les chiots et commander leur certificat de naissance (52€ par chiot). L’éleveur devra bien évidemment payer ses cotisations sociales à la MSA et ses charges à l’URSSAF !
     
  • Dans ce prix, il faut également prendre en compte le fait que le nombre de chiots d’une portée varie considérablement selon la race : il est courant qu’une femelle berger belge donne naissance à une douzaine de chiots, alors qu’un chihuahua aura en général deux à trois chiots par portée.
     
  • Enfin, il est essentiel de prendre en compte tout le temps que l’éleveur passe auprès de ses chiens (7 jours sur 7, et il n’y a pas beaucoup de vacances !) et consacre à répondre aux clients, avant et après la vente (répondre au téléphone, recevoir les clients, les conseiller vous recevoir, gérer la paperasse, vous conseiller, etc ...).

Pour vivre de sa passion, un éleveur doit faire naître un certain nombre de portées par an et optimiser les dépenses sans rogner sur le bien-être de ses chiens, ce dont nous nous assurons avant de les référencer sur ChercheMonChien !

Alors, si vous êtes tenté de discuter le prix d’achat de votre futur chiot avec un éleveur de confiance, gardez en mémoire tout ce qu’il y a derrière !
 

Bon à savoir :

  • De nombreux éleveurs proposent des facilités de paiement, n’hésitez pas à leur poser la question !
  • Par ailleurs, il est parfois possible d’acquérir chez un éleveur un chiot de race un à prix inférieur. Il peut s’agir d’un chiot présentant un « défaut » purement esthétique tel qu’une queue légèrement tordue, un chiot ramené à l’élevage par un propriétaire indécis, ou bien un jeune chien que l’éleveur a finalement renoncé à garder à l’levage après l’avoir envisagé.
  • Certains éleveurs proposent également à des familles de confiance d’adopter des chiens adultes de l’élevage une fois leur « carrière » de reproducteur terminée, souvent vers l’âge de 7/8 ans, parfois moins.

Dans la même rubrique